Les atteintes à la « liberté académique », les menaces qui pèsent sur les collègues mais également sur les étudiants et l’indifférence que cette situation semble engendrer dans les instances censées les représenter amène à légitimement souhaiter offrir un cadre, un recours et une aide pour la défense des collègues ciblés par ces phénomènes de harcèlement administratif, juridique ou moral.